Campagne

 

 

 




Introduction de juillet 2016

La porte dimensionnelle menant au monde des Ombres n’avait pas été refermée.

Un jour, alors que tout était tranquille, des nuées de corbeaux au plumage gris traversèrent le portail, traînant dans leur sillage des filaments d’ombres. Puis, graduellement, leurs plumes redevinrent d’un noir bleuté, comme si le fait d’avoir quitté leur monde leur redonnait une allure normale.

Ces corbeaux livrèrent des messages écrits à quelques privilégiés de Wolfencrow. Pour chaque message livré, les oiseaux reprenaient leur envol en croassant « JAMAIS PLUS ! » Personne ne semblait connaître la signification de ces mots, aussi simples qu’inquiétants.

Et, bientôt, le message qu’ils avaient porté se répandit; des dieux nordiques avaient apparemment survécu au Ragnarok, nom que les peuples du Nord donnaient à la dernière guerre divine. Cependant, ils étaient prisonniers du monde des Limbes et attendaient que les Dieux du soleil levant les libèrent de leur prison.

Ces Dieux du soleil levant, divinités du Rakuza, ne pouvaient toutefois venir en aide à quiconque, pas même leurs plus fidèles adeptes dont le royaume était figé dans de la glace depuis maintenant cinq longues années. Ils étaient eux-mêmes dans l’attente que quelqu’un, quelque part, parvienne à les ramener à la vie. Des Samouraïs, condamnés à être des fantômes après leur décès pour ne pas avoir terminé leur mandat de protection envers l’Empereur Rakuzan, parcouraient le continent pour trouver des aventuriers capables de secourir leurs divinités. La rumeur voulait qu’ils errent à présent dans la seigneurie de Val-Corbeau et qu’ils aient même été aperçus à Wolfencrow.

Pendant ce temps, chaque jour suivant leur apparition, les corbeaux continuèrent à survoler le village par centaines, jetant ainsi une ombre permanente sur la population. Dans les bois, de nombreuses carcasses d’animaux furent aperçues, mais personne ne trouva d’indices quant aux prédateurs qui les avaient tués.
Puis, au huitième jour de la lune de juillet, les oiseaux se dispersèrent vers la forêt de Croasse, et la lumière revint sur le village.

Malgré cela, de temps à autre, on entendait résonner, entre les croassements lointains, un sinistre « JAMAIS PLUS ! », comme pour rappeler aux habitants et aventuriers que l’ombre n’était jamais bien loin de la lumière et qu’en ces terres, il était coutume de dire que la charogne n’empoisonne pas le corbeau.



Conclusion de mai 2016


Lors de la lune du mois de mai de l’an 116, un amalgame d’ombres et d’esprits meurtriers furent conjurés par nul ne sait qui dans le village de Wolfencrow. Des éclairs et des flammes surgirent de partout et à travers la fumée malsaine à l’odeur de soufre émergèrent des créatures qui piégeaient leurs victimes dans des prisons d’ombre.

Les habitants de Wolfencrow, ayant été séparés en trois groupes sous les assauts incessants de cette menace, se rassemblèrent pour faire face aux envahisseurs. Plusieurs n’écoutèrent pas les conseils de ceux ayant pris la tête de leurs groupes respectifs, et se firent capturer. Une sorcière du village mena des aventuriers sur différentes pistes et, malgré quelques tergiversations, elle parvint à les aider à traverser les épreuves qui se présentaient à eux.

Certains objets qui devaient aider les habitants apparurent durant la nuit de l’invasion, mais leur utilité échappa longtemps à plusieurs dans le chaos qui régnait.
Les prisonniers des ombres kidnappeuses finirent par être relâchés de leurs prisons et il fut rapidement déterminé que c’était bien l’avatar du dieu Kael’Khan qui avait orchestré les attaques.

Il fut aussi révélé qu’Arau des Totems avait donné la croix de Saint-L other à Kael’khan et que l’objet sacré se trouvait à présent dans le monde des ombres. Arau, déchiré par ses propres actions, se battit jusqu'à la fin pour reprendre contrôle de son esprit, mais sans succès. Sa mort secoua le cœur même des Totems qui jurèrent de se venger de Kael’Khan.

Des parchemins insolites se mirent alors à circuler dans le village. Certains s’acharnèrent à les rassembler, sans comprendre leur utilité jusqu’à ce que des figures fantomatiques apparaissent à leur tour. Ces dernières suivaient un chemin précis lorsque le nom d’une divinité était écrit sur un parchemin et que ce dernier était disposé dans un contenant d’eau, tenu par chacune d’entre elles.

C’est grâce aux efforts réunis de plusieurs religions qu’une porte vers le monde des ombres fut ouverte et que la croix de Saint-Lother fut retrouvée. Cependant, tous ceux qui s’étaient aveuglément jetés dans le couloir menant au monde des ombres se réveillèrent dans la chapelle du village, avec la croix de Saint-Lother en leur possession, mais sans aucun souvenir de ce qui s’est passé.

Cette amnésie fit en sorte que le portail entre les mondes resta béant, à l’insu de ceux qui l’avaient précédemment ouvert. Quelles étaient les intentions de Kael’khan lorsqu’il s’était emparé de la croix de Saint-Lother? Se pouvait-il qu’il ait planifié, qu’il ait espéré, l’ouverture de ce portail et que l’artéfact n’ait été qu’un outil à ses yeux? Ou la croix avait-elle une réelle importance? À présent que tout était calme au village, impossible de savoir ce que l’avenir préparait aux habitants et aventuriers de Wolfencrow…

 



Arkadiamédiéval : Introduction de mai 2016

Ténèbres en Wolfencrow


Un voile de ténèbres plane sur Wolfencrow.

Les druides du Caern local manquent toujours à l’appel. Ils ont disparus en l’an 115, sans laisser de traces.

Des morts semblent toujours s’animer, tandis que d’autres non. Ce phénomène est présentement sous études par l’Inquisition de Lumer.

Des cadavres ont été retrouvés, parfois mutilés et démembrés, parfois éviscérés. L’on soupçonne que ces crimes furent perpétrés par deux groupes distincts donc l’un aurait des tendances de cannibalisme tandis que l’autres un plaisir sadique de vider les entrailles de ses victimes.

Des rats humanoïdes, maintenant surnommés Ratfolks, furent aperçus dans le village. Parfois hostiles et parfois simplement curieux. L’on ignore présentement leurs intentions réelles, mais certains semblent apporter avec eux une pestilence notoire.

Des groupes d’Orques et de Gobelins, sont parfois présents, ramassant toute la nourriture qu’ils peuvent trouver. Ils sont souvent diriger par des Trolls, une espèce pourtant rare dans la région.

Des enquêteurs, engagés par le Ministère De La Magie, sont toujours sur le dossier de la disparition de l’archi mage Myrdynn et essaient, tant bien que mal, d’atteindre le coupable, soit l’avatar du dieu Kael’Khan.

Le maire Odomar Strauss, aidé par la milice locale, mais aussi dépassé par les différents événements, tente de contenir les élans rebelles de certains Lioncourtois qui sont venus s’installer dans son village.

La Sainte Église de Lumer, recherche toujours leur précieux artéfact de la croix de Saint Lother, qui leur fut dérobée lors de la lune d’Octobre de l’an 115. Certains craignent que si les voleurs ne la remettent pas, que l’Inquisition relâche son courroux sur les villageois.

Et puis, finalement, comme ci ce n’était point assez, un seigneur démon est surgi des souterrains du village, pour terroriser la population durant la nuit.

Ce sont donc les nombreux problèmes que doit maintenant faire face les habitants et visiteurs de Wolfencrow, là où la charogne n’empoisonne pas le corbeau et que du chaos naissent parfois des héros.


Arkadiamédiéval : Conclusion d'octobre 2015 (extension)

Nuits froides en Wolfencrow


Après des semaines de voyage à travers la province troublée d’Avernor, quelques Lioncourtois arrivèrent enfin à Wolfencrow pour de répondre à la demande de renforts du maire. Ce dernier, soulagé, les gracia de quelques écus et d’un gîte pour leur première lune en ses terres. Cet acte de générosité ravit les voyageurs, mais il leur fut rappelé qu’une telle charité n’était que temporaire et qu’après l’hiver, les bâtiments devraient être payés et les piécettes, méritées.

 

D’ailleurs, sitôt arrivé, le comportement rebelle de quelques aventuriers fut rapporté à qui de droit par des observateurs impériaux. Lioncourt et ses règles étaient désormais loin derrière et les lois de Wolfencrow étaient de celles que l’on se devait de respecter, ou en payer le prix fort.


Dès que les villageois eurent pris leurs aises, le maire se présenta aux nouveaux venus. Il tenta de leur expliquer le fonctionnement particulier de son village, mais il fut fréquemment interrompu. Les discussions s’enflammèrent, puis les récits et rumeurs des villageois succédèrent aux débats houleux. En effet, les druides qui veillaient sur la forêt avoisinante avaient apparemment disparu et des rats immenses, se tenant debout comme des hommes, avaient été aperçus sous les rayons de la lune. De plus, ces rongeurs humanoïdes répandaient dans leur sillage d’étranges infections. L’une d’elles, particulièrement vicieuse, pourrissait d’un seul contact les membres des braves qui avaient le malheur d’attaquer les créatures porteuses. Les villageois n’étaient pas rassurés et des investigations eurent lieu, sans toutefois trouver des réponses quant à la cause de cette infestation.


Le matin suivant l’arrivée des Lioncourtois à Wolfencrow, un meurtre fut rapporté aux autorités. Cet évènement ajouta à l’inquiétude du maire; le jour se levait à peine et il était déjà marqué par les forces maléfiques qui sévissaient dans la province depuis l’arrivée de l’automne…


S’en suivit l’attaque d’un troll rouge, puis l’assaut d’orques et des gobelins affamés, qui ne repartirent en paix qu’après avoir été rassasiés. Les rats humanoïdes, surnommés Ratfolks, firent aussi des apparitions de plus en plus fréquentes, même en plein jour. Dans l’après-midi, lors d’une accalmie, le village organisa une partie de Trollball, le sport sacré de Wolfencrow. Malgré quelques accrochages et paris douteux, tout se déroulait bien jusqu’à ce que la partie prenne abruptement fin à cause de l’usage d’un sort. Cette interruption, qui troubla le plaisir de quelques participants, enragea le maire ainsi que les autorités, qui s’empressèrent d’envoyer une missive à qui de droit. Les Lioncourtois apprendraient à leurs dépens ce qu’il en coûtait de s’immiscer dans le Trollball de Wolfencrow…


À la nuit tombée, la croix de Saint-Lother, puissant artéfact qui avait cheminé à Wolfencrow depuis Lioncourt, fut dérobée aux Lumériens. Des accusations furent portées à l’encontre des elfes noirs, qui se défendirent d’être les coupables de ce larcin. Presque au même moment, un démon apparut avec sa horde, tuant et ravageant tout sur son passage. Les habitants de Wolfencrow et les aventuriers Lioncourtois le combattirent au meilleur de leurs capacités et c’est grâce au soutien du Maître Inquisiteur Jacob Von Darkov que le démon fut terrassé. Mais le corps du monstre s’évapora presque aussitôt en une sorte de brouillard, ce qui n’était pas de bon augure aux dires de Von Darkov. L’Inquisition, ayant reçu carte blanche de l’Union marchande pour déloger le Mal des terres, se promit de tout mettre en œuvre pour de trouver et punir le ou les coupables de cette offense envers la Sainte Église.


Le lendemain, des paysans se ruèrent aux portes de la demeure du maire pour réclamer des lots de poissons avant l’hiver. Après la rencontre de géopolitique maritime, des Ratfolks durent à nouveau être repoussés de l’enceinte du village, non sans avoir laissé des marques visibles sur le capitaine Balthazar. Le soleil perça finalement le ciel gris, réchauffant le cœur des villageois et des nouveaux arrivants. C’est ainsi que de nouvelles aventures en Arkadia commencèrent à s’écrire à Wolfencrow, là où la charogne n’empoisonne pas le corbeau et où du chaos naîtront, un jour, peut-être, de nouveaux héros.


Fin… pour l’instant.

 

 

Arkadiamédiéval : Chroniques de Val-Corbeau (Extension Octobre 2015)

 

Après que le monde d’Arkadia ait été libéré du voile des cauchemars et que Kael’khan ait répandu le sang du dieu Sakran, la paix revint dans la seigneurie de Lioncourt.
 

Une paix étrange, comme la seigneurie n’en avait pas connu depuis… depuis de nombreuses années.
 

Quelque chose avait changé.
 

En quelques jours, les monstres errants avaient cessé de rôder, les morts-vivants étaient retournés dans leurs tombes et les esprits des forêts s’étaient apaisés.
 

Même les Éléments semblaient avoir été libérés de l’emprise du démon Havoc.
 

Des druides affirmèrent aussi que la cité maudite de Malibor avait disparu de son emplacement actuel et que la forêt de Malibor avait, de ce fait, perdu son aura maléfique.
 

La seigneurie était enfin libérée des forces surnaturelles qui avaient jadis fait sa sombre réputation.
 

Lioncourt, Terre des Conflits éternels, avait retrouvé son état naturel, ne méritait plus son surnom.
 

Mais à quel prix?
 

Ce n’est que quelques semaines après la fin de la saison chaude que la réponse se révéla.
 

Les ténèbres et le chaos avaient bel et bien quitté Lioncourt. Seulement pour mieux s’étendre ailleurs. 


C’est dans la province d’Avernor, au nord de la province de Lioncombre et de la seigneurie de Lioncourt, que le Mal s’était installé. La seigneurie d’Avernia fut la première affectée, puis l’ombre maléfique progressa jusqu’à Sombre-Forêt et Rorven, avant de s’arrêter sur les terres de Val-Corbeau.


Peut-être que les violentes actions de Kael’khan n’avaient pas eu le résultat escompté, ou, pire encore, peut-être que tout cela avait été savamment orchestré.


Quoi qu’il en soit, l’Empire devait dorénavant faire face à une menace plus grande que celle qui avait autrefois rongé Lioncourt…
La menace d’un mal qui étend son emprise, telle une infection qui se propage et ravage le corps à partir d’une simple plaie. Des travaux pour ériger d’innombrables fortifications à travers les différentes provinces débutèrent.


Les forces impériales et l’Inquisition renforcèrent leur présence dans les seigneuries de Gardeveille, Ranor, Vernanos et Orvernia, afin que le Mal ne traverse pas leurs frontières. L’implacable armée de l’Empereur fit de même pour la capitale Gothera et le Lunavir, avec plus d’effectifs encore.


C’est finalement à Val-Corbeau que, pour une raison inconnue, le mal s’enracina le plus profondément. C’est donc là que les anciens héros de Lioncourt furent convoqués. Mais cet appel eut des échos chez des êtres malveillants qui attendaient leur heure, tapis dans l’obscurité, et il est certain que nombre d’entre eux, avides de conflits et d’opportunités, prirent aussi la route…


À l’aube de la saison froide, dans l’attente des renforts, les fiers habitants de la seigneurie se raccrochaient à un dicton impérial, le credo même de leurs terres :
 

Cadaverosa non venenum corvus.


La charogne n’empoisonne pas le corbeau.


Le Mal les avait choisis. Ils étaient prêts.


Le serez-vous?


Bienvenue à Val-Corbeau…

Là où du Chaos, naissent les véritables héros.



Arkadiamédiéval : La Conclusion des Cauchemars (Saison 2015)

 


Toute bonne chose a  une fin. Toute mauvaise chose aussi.

 


Ce fut le cas de l’emprise des démons des cauchemars sur Lioncourt, qui prit fin de manière assez drastique.

 


Dès le premier soir de cette lune de septembre, les Champions des Rêves firent un rituel avec la Pierre de l’Éveil, qu’ils avaient trouvé dans les profondeurs d’un donjon peu accueillant. Tous les démons des cauchemars furent ainsi bannis du monde des rêves et Lioncourt fut enfin libéré, sans que ses habitants ne s’en rendent nécessairement compte.

 


Il s’avéra toutefois que cette Pierre de l’Éveil était aussi convoitée par des fantômes samouraï du Rakuza. Ces derniers désiraient éveiller leurs dieux grâce à celle-ci, afin de libérer le Rakuza de l’emprise malsaine du dieu Vorn, qui avait siphonné toute chaleur et vie de leur capitale, l’emprisonnant ainsi sous les glaces d’un hiver perpétuel. La progression des gens qui avaient entrepris cette quête ne fut point révélée au grand jour et le destin des dieux Rakuzans demeura ainsi voilé d’un brouillard de doutes et de questionnements.

 


Mais si certaines choses semblent immuables, ailleurs, le Cycle du Changement entraine tout sur son passage.

 


La seigneurie de Lioncourt, victime de ce Cycle, changea de mains suite à une attaque militaire. Après la défaite du seigneur Yako, la seigneurie fut un objet d’échange qui permit à la demi-démonne Athalia d’en devenir la tête dirigeante.

 


Quelques heures plus tard, Yako trouva la mort finale et rejoignit le hall des disparus de Lioncourt, emportant dans sa tombe tous les actes, bons et moins bons, dont il avait été responsable. Si certains Lioncourtois furent peinés de sa mort, d’autres s’en réjouirent ardemment, puisqu’ils avaient enfin été témoins de la fin d’un des plus coriaces Seigneurs qu’Arkadia ait connu.

 


Ces heures sombres de Lioncourt furent illuminées par le moment de joie que fut le mariage d’Abinosa La Boucannière et de Donovan Courtemanche. Une bonne partie de la population se retrouva sur les rives de la rivière noire afin d’assister à la cérémonie. Tout semblait finalement aller pour le mieux en Lioncourt.

 


Mais, une fois la nuit tombée, Kael’khan, le dieu du Meurtre, révéla enfin sa vraie nature, en assassinant le dieu Sakran devant des dizaines de fêtards, sous le toit de l’auberge O’Brien. De ce meurtre se dégagea une explosion divine, donnant une envie irrésistible à tous ceux présents de faire la fête. Kael’khan en profita pour continuer son massacre avec deux de ses acolytes, et plusieurs y laissèrent la vie sans que personne ne s’en rende réellement compte.

 


Mais la rumeur ne tarda pas à se répandre; Kael’khan était un dieu dangereux qui s’affichait comme étant une nouvelle menace pour les gens de Lioncourt. Une pluie glaciale tomba ensuite, annonçant qu’un malheur peut-être plus grand encore allait bientôt s’abattre sur la seigneurie.

 


C’est ainsi que le lendemain, lors d’un rassemblement géopolitique, Kael’khan confronta le peuple. Il jeta la robe de l’Archimage Myrdynn par terre et déclara ouvertement la guerre au cercle des Archimages, en précisant que ce n’était que le début. La plupart des coups qui lui furent portés, y compris les égorgements, ne semblèrent pas l’affecter, et son seul moment de faiblesse fut au contact de la croix de St-Lother. Arau du Carcajou saisit l’opportunité ainsi offerte et transperça le dieu de l’épée Anrothmiril. Mais, malgré la croix et sa blessure, Kael’khan eut la force de réagir et il tua Arau du Carcajou de la même épée qui venait de le traverser.

 


Le dieu du Meurtre sortit ensuite, sous les yeux apeurés de tous, l’artéfact du Pommeau du Bélier, dont il se servit pour porter un coup de grâce à Arau et ainsi emprisonner son âme dans l’objet. Kael’khan se volatilisa ensuite, en laissant le corps gisant d’Arau comme preuve de son passage et de sa puissance.

 


Après un court moment, qui sembla interminable pour certains, Arau se réveilla, guérit de sa blessure. Mais quelque chose en lui avait changé, sans que personne ne puisse discerner quoi exactement.

 


Le Cycle du Changement avait de nouveau tout chamboulé, semant de nouveaux doutes et incertitudes sur son passage.

 


C’est donc avec une brise fraîche et une myriade de questions sans réponse que l’automne s’annonça enfin en Lioncourt…

 


Terre des Conflits Éternels.

 

 

Arkadiamédiéval : Les Champions des Rêves (septembre 2015)

 


L'aube de l’éveil a frappé aux portes de Lioncourt, qui est toujours prisonnier du monde des rêves.

 


Sous la présence de la lune pleine, les garous ont aussi donné du fil à retordre aux habitants de Lioncourt, dont L’Amiral Ruan Ramirez, qui se fut embusqué par une de ces créatures, mais soigné ensuite par de bons samaritains.

 


Par delà les profondeurs des cauchemars, des héros se sont finalement levés, pour marcher dans la lumière. Ces héros, élus par la volonté des entités draconiques, se démarquèrent parmi les autres, par leurs prouesses et par leur patience.

 


Le prix de tous ces efforts, leur concéda le titre de Champions des Rêves et leur mandat était de bannir les cauchemars de notre monde. Ils devinrent ainsi les porteurs d’un fardeau et de responsabilités que nul autre qu’eux ne pouvaient comprendre. Cette responsabilité fut transmise par l’apparition de l’orbe de la pierre d’éveil, qui allait probablement bientôt faire son œuvre.

 


Les démons des cauchemars ne sont dorénavant pas aussi en confiance qu’ils ne l’étaient, mais furent forcés tout de même de se faire la guerre entre eux pour le pouvoir et entre un avatar d’Argonas… Certains disent que leurs fins approche, tandis que d’autres ne font que l’espérer.

 


Les rumeurs locales parlèrent que certains démons des cauchemars avaient amplement ramassé de puissance pour rester dans le monde des éveillés. Ce n’était bien sûr qu’une rumeur et personne n’eu le temps de vérifier son fond de vérité.

 


Entre ciel et terre, des êtres furent agités, remplis d’un sentiment palpable de libération, mais aussi de doutes, car rien n’était encore terminé.

 


Et pendant ce temps, d’autres se jetèrent sans hésiter sur les possibilités du commerce maritime afin de se faire des sommes importantes d’argent.

 


Aussi, un nouveau maître marchand fut nommé, pour pallier aux manquements plus ou moins volontaires de son prédécesseur.

 


Maintenant, tous espèrent que l’économie Lioncourtoise puisse reprendre, même si personne ne s’attend aux miracles.

 


De plus, les événements sombres, tristes et menaçants vont bientôt être éclipsés par l’ardeur festive de l’équipage du Capitaine Lestrange, puisque sa fille Abby La Boucanière va bientôt se marier avec Donovan Courtemanche et une magnifique fête sera préparée en leur honneur !

 

L’on raconte même que le fameux barde surnommé Petit Rémi, allait être de la partie !!!

 


Quoi qu’il arrive, les Champions Des Rêves sont maintenant présents pour veiller sur le peuple de Lioncourt…

 


Terre des Conflits éternels

 

 

 

Arkadiamédiéval : L’Essence des Cauchemars (août 2015)

 

 

 Tandis que l’Empire se restructure et que les nobles et les bourgeois s’organisent, des démons des cauchemars se font la guerre pour le contrôle de notre monde, maintenant envahit par la dimension des cauchemars.


 La ressource principale de leur pouvoir semble être de l’essence démoniaque, qui ne peut qu’être absorbée lorsqu’un être agonise ou lorsqu’il est tué. Les démons des cauchemars en ont après cette ressource, qui déterminera éventuellement qui sera leur souverain.


 De nouveaux démons apparurent et laissèrent leurs marques chez la population. La Marchande de Sable continuait sa quête de stopper les démons, malgré le fait qu’ils sont plus nombreux. Ce fut le démon Havoc qui restait, pour l’instant, en tête de liste.


 L’arrivée soudaine d’une maitresse vampire a mis aux aguets la famille Roosengoth et a aussi forcé l’inquisition de mener une chasse, impliquant ainsi une bonne partie des habitants de Lioncourt. Cependant, la chasse ne fut point concluante, puisque la cible put s'échapper.


 Kael’khan , dieu du meurtre, fit aussi une brève apparition, mais il ne semblait pas préoccupé par la guerre des démons ni par le monde des cauchemars.


 L’on raconte qu’ailleurs, en Lioncourt, un rituel eu lieu. Ce dernier, impliquant plusieurs forces de l’univers, fit trembler le cœur même de ceux qui y assistèrent et fit apparaître ensuite un épais brouillard partout en Lioncourt.


 Les rumeurs d’une pierre chaotique, qui fut l’élément déclencheur du rituel et détruite après qu’il fut complété, en inquiéta plus d’un. La nature exacte de ce rituel, ou plutôt, le résultat, allait probablement se faire sentir…


En conclusion, la guerre des cauchemars est dorénavant loin d’être le seul souci des habitants de notre monde et la majorité des évènements semblent, encore et toujours, prendre naissance en Lioncourt,.. Terre des Conflits Éternels.

 

 

 

Arkadiamédiéval : La Guerre des cauchemars (juillet 2015)

 

 

An 115


Un mois s’est écoulé.

 

Un mois de guerre et de conflits, un mois de constatations.

 

Des choses impossibles se sont passées.

 

Des objets qui paraissaient indestructibles furent brisés.

Des êtres, normalement impuissants, semblèrent immortels tandis que certains vrais immortels semblaient avoir perdu leur immortalité.

 

Tandis que des hommes du Nord agrémentent les tensions, des gens disparaissent dans les forêts pour revenir quelques heures plus tard, dans des états physiques pitoyables.

 

La forêt interdite de Malibor semble s’être réveillée, appelant ses habitants pour glorifier son nom.

 

Toutes ces constatations mènent à la même conclusion : Le monde d’Arkadia est réellement enrobé de la dimension des cauchemars.
Présentement, la réalité ne semble plus réelle et ce qui est parfois intangible est tangible et vice-versa.

 

Les démons des cauchemars sont maintenant en guerre et l’un d’entre eux semble manipuler les forces élémentaires pour s’élever au dessus des autres.

 

L’on raconte aussi que La Mort serait de la partie, mais certains doutent qu’elle soit réellement ce qu’elle prétend être.

 

Oui, le monde aussi irréel ou réel qu’il peut être, est réellement en guerre.

 

Et La raison de cette guerre est l’essence démoniaque, apportée par tous ceux et celles qui ont déjà eu un certain lien avec les démons ou leur essence.

 

Certains ont décidé de suivre la voix des démons et d’entamer la quête d’en posséder plus. Tandis que ceux qui l’ont perdu craignent pour leurs vies…

 

La guerre des cauchemars est commencée.


Bienvenu en Lioncourt,
Terre des Conflits Éternels…

 

 

 

Arkadiamédiéval : Le temps des cauchemars (Mai 2015)



An 115


Les temps sont sombres en Arkadia.

 

Les démons des cauchemars rôdent parmi nous, hantant les habitants et même les éléments, connaissant leurs plus profonds secrets et tourments.

 


Le monde semble devenu tout aussi terrifiant qu'irréel et plusieurs se questionnent à savoir s'ils dorment où s'ils sont éveillés.

 


Les plus sages ont exposé récemment la théorie qu'Arkadia dans son ensemble n'est qu'en fait le fruit des songes des divinités et que le rôle des démons serait de nous y tenir prisonniers.

 


D’autres s’opposent à cette théorie, proclamant que tout est réel et bien tangible, mais qu’en est-il réellement de la tangibilité si ce n’est que ce que nous pouvons percevoir, sentir et goûter ?

 


Bien des questions, et si peu de réponses.

 


Sommes-nous réels ou que des créations ne vivant que par la volonté plus ou moins consciente d’êtres supérieurs qui se sont jadis endormis ?

 


Est-ce que la guerre entre les démons, qui sont maintenant les maîtres des cauchemars, et Argonas, divinité des songes, n’est que l’aboutissement d’une vérité qui nous fut cachée, afin d’empêcher notre éveil ?

 


Sommes-nous réellement tangibles et issus d’un monde matériel ?

 


La réponse se cache peut-être en Lioncourt, berceau du surnaturel et des conflits éternels…

 

 

 


Arkadiamédiéval : Conclusion de la saison 2014

 


Des démons issus du monde des cauchemars sont venus en Lioncourt. Ces derniers, incarnés par les peurs et les craintes cauchemardesques, n’avaient aucune allégeance spécifique envers les Seigneurs démons d’Helldûr.

 


Chacun d’entre eux semblait avoir une raison différente d’être présent sur les lieux. Certain semblaient vouloir corrompre ou bien de faire resurgir des sentiments ou des craintes enfouies au cœur de tous et chacun tandis que d’autres tentèrent de semer la zizanie et la confusion au sein du peuple.

 


Certains habitants se prêtèrent aux jeux de certains démons, allant même jusqu’à élaborer des ententes ou des alliances avec eux. Puisque les démons avaient une forme humaine et semblaient pouvoir changer d’apparence selon leur bon vouloir, il était difficile de pouvoir les identifier.

 


L’inquisition de Lumer due faire face à la déception en voyant certains de ses membres se faire influencer par les démons des cauchemars, et ce, malgré les tentatives mitigées des Lumériens à vouloir protéger le village avec un rituel de bénédiction.

 


La milice, principalement composée de Lumériens, se vit confronter aux conflits internes ainsi qu’à une guerre de pouvoir suite au fait que leur lieutenant perdit tout souvenir de lui-même par les pouvoirs d’Oblivius, le démon de l’oubli. Certains tentèrent de profiter de la situation, ce qui attira l’attention du grand inquisiteur Jacob von Darkov.

 


Pendant ce temps, d’autres créatures apparurent de manière sporadique, tentant de terroriser la population ou de la manipuler. Les rencontres furent plutôt nombreuses, mais de courte durée.

 


Les nobles durent aussi se pencher sur la venue de certains hommes du nord, qui semblaient vouloir se mesurer à certains groupes établis, mais aussi sur la venue de succubes, des démones aux pouvoirs envoûtants qui se firent un malin plaisir de charmer certaines personnes. L’une d’elles cependant, portant le nom de Désirée, fut tuée. Ceci allait probablement apporter des répercussions futures si la nouvelle arrivait aux oreilles de sa famille.

 


Des tensions notoires étaient aussi présentes entre les différentes maisons. Certaines d’entre elles décidèrent de renforcer leurs territoires considérablement afin de protéger leurs acquis.

 


Le nouveau maitre marchand, quant à lui, se questionna sur la viabilité du commerce en Lioncourt, qui semblait parfois ralenti par les marchands ambulants et le marché noir.

 


Tous ces éléments et évènements firent en sorte qu’un avenir plutôt incertain planait désormais sur le duché de Lioncourt…terre des Conflits Éternels…